Les Petits Loups Thouaréens

Les Petits Loups Thouaréens

La néophobie alimentaire

Qu’est ce que la néophobie alimentaire ?

Elle débute en moyenne aux 16 mois de l'enfant. Ce comportement de rejet est normal dans le développement de toute espèce omnivore et correspond au choix de se prémunir contre l'ingestion d'aliments toxiques ou dangereux. Plus l'enfant devient autonome, moins il va risquer de s'exposer à des dangers potentiels et se protège (en refusant de goûter, voire manger) contrairement à la phase d'exploration orale où il mettait tout en bouche. Alors pour qu'un aliment nouveau ait plus de chance d'être apprécié tout au long de la vie, il doit être présenté avant cette période de néophobie alimentaire. Evidemment, la néophobie alimentaire atteint les enfants de manière très variée (refus de goûter les aliments nouveaux mais acceptation des aliments connus, refus de goûter des aliments connus car présentés sous une nouvelle forme, rejet de certaines catégories d’aliments seulement, etc…)

 

Comment faire ? 

On sait que l'appréciation d'un aliment fait maison se généralise à l'appréciation de ce même aliment lorsqu'il est présenté en pot : plus on va proposer des aliments ultra mixés à la saveur et à la flaveur relativement peu prononcée, plus on risque de conditionner l'enfant à n'apprécier que ce type d'aliment. Par conséquent il est important de proposer des aliments fait maison. C'est important d'un point de vue alimentaire et d'ouverture du répertoire mais aussi pour le langage : il a été démontré que l'activité oro-motrice sera beaucoup moins facilité chez les enfants qui ont une alimentation ultra lisse / ultra mixée et avec des pratiques de biberons tardives.

 

L'exposition répétée comme remède à la néophobie alimentaire :

Le rejet de l'amertume, et donc des légumes, va être renforcée par la période de néophobie alimentaire. Une étude a démontré que l'exposition répétée d'un aliment augmente la quantité d'ingestion de cet aliment au fur et à mesure qu'il est présenté à l'enfant. Toutefois certains enfants restent très réticents à l'amertume parce que la nature ne nous a pas tous dotés des mêmes récepteurs au goût. Une minorité ne bénéficie donc pas de cette appréciation qu'au bout d'une exposition répétée de 10, 20 ou 30 fois !

Souvent on abandonne au bout d'un à trois essais alors que 8 à 10 propositions sont nécessaires pour favoriser l'acceptation. Patience et persévérance !!

L'exposition répétée reste une méthode qui fonctionne merveilleusement bien, aussi bien si on mesure la quantité consommée que l'appréciation mesurée subjectivement par les parents ou l'assistante maternelle.

 

Source assistante maternelle magazine

Numéro 147 septembre 2017 et numéro 140 février 2017

 

 



08/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres